Le PAC, c’est quoi ? 2018-06-11T21:21:25+01:00

Le PAC, c’est quoi ?

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat d’Aquitaine est à l’initiative du PAC, Parcours d’Accompagnement Conventionné dans l’Artisanat. Destiné aux demandeurs d’emplois, le PAC contribue, en trois étapes, à répondre aux besoins de l’Artisanat en Aquitaine.

Des offres non pourvues

Notre Région connaît une croissance démographique forte. Pour répondre aux besoins des populations et des entreprises du territoire,  L’Artisanat doit lui aussi se développer. Pourtant, nombre d’offres de l’Artisanat restent non pourvues ; des emplois demeurent vacants, certains métiers sont en tension : 1/4 des entreprises artisanales peinent à recruter des salariés qualifiés à proximité…

Un parcours en 3 étapes

1/ Accueil-positionnement

Sur la base d’entretiens individuels, définition du « positionnement » : quel métier, quel statut (Salariat ou Entreprenariat). Les points forts, les points d’amélioration de chaque personne sont analysés, et une préconisation de parcours est établie.

2/ Accompagnement vers l’emploi/entrepreneuriat

Une fois défini, le parcours est contractualisé puis mis en œuvre : immersion professionnelle, formation à la carte, appui à la recherche d’emploi/d’entreprise à reprendre, mise en relation edmedforsale.com/partenaires, formation à l’entrepreneuriat et/ou création/reprise d’entreprises…

Le PAC contient également un volet de prospection des entreprises permettant d’identifier , de recueillir et de qualifier diverses offres (stage, emploi, …)

3/ Retour à l’activité

Le PAC prévoit un suivi de chaque bénéficiaire. Dans les 6 mois après la fin du parcours, un bilan est établi et les perspectives sont définies.

Artisanat Aquitain : les chiffres-clés

– 15 000 ruptures de parcours professionnels dans l’artisanat, suite à 5 000 radiations en 2015, entrainant une précarité sociale, économique et/ou professionnelle ;

– Plus de 5 000 chefs d’entreprise (près de 10%) ont plus de 60 ans et représentent près de 15 000 actifs de l’artisanat (soit près de 15%), un grand nombre de ces entreprises fermeront faute de repreneurs ;

– 55 % projets de création et/ou reprise non aboutis en 2015 et autant de personnes en rupture professionnelle ;